Moi au Club Med? Jamais de la vie (et ben si)!

Moi au Club Med? Jamais de la vie (et ben si)!

Avant j’étais fière d’arborer mon sac à dos avant le grand départ en vacances. Même que je m’étais carrément acheté une lampe de front, dont je n’ai compris l’utilité qu’en arrivant dans ma case de Kho Tao, sans électricité. Certes, je trouvais toujours une place pour ma petite robe noire et mon bracelet Hipanema mais de fait, je me prenais pour une aventurière. Aventurière pétasse, mais assumée. Mais ça, c’était AVANT. Avant les panades fraîches qui prennent tout ton samedi matin, avant les nuits entrecoupées où tu as juste envie d’écraser Doudou le lapin sur ton fils, avant les 122 mails ou les Skype professionnels que tu fais en allaitant (Oui oui, en orientant bien la caméra, c’est possible).

Bref avant que ma vie ne ressemble à une course effrénée de Business mum hystéro. Le moment tant attendu arrivé, et après avoir écumé la plupart des sites de vacances, le mot Club Med a effleuré mon esprit. Bon, il faut reconnaître que le dernier souvenir que j’en avais c’est moi à 20 ans, cuvant mon vin et endormie sur un chien errant de la plage de Djerba la Fidèle, un Club Med adulte (oui vous avez bien compris, les enfants sont interdits). Pour ceux qui connaissent mon amour pour les toutous, ça vous donne une idée de mon état d’ébriété.

Mais à présent, le mot résonnait comme une sorte de mirage. En fouinant sur le site, les mots baby club, all inclusive, massage, Pina Colada, ont fait écho en moi. Ne restait plus qu’à convaincre mon mari adoré…’Le Club Med? Non mais tu planes! Jamais je ne mettrai autant de tunes pour aller faire un concours du plus beau mollet de la plage sous air de Tatayoyo’. Bon, c’était pas gagné… Quelques photos de plages paradisiaques et listing des sports nautiques plus tard (plus quelques petites menaces culpabilisantes à coups de « si je pars pas je vais faire une dépression post baby et tout péter » ) me voilà en ligne avec Christine, qui me conseille gentiment sur les meilleurs destinations.

 

Ce sera donc la Guadeloupe. Je peux être assez persuasive quand je veux (et un peu influencée par Christine).

 

Je vous passe l’épisode où on a dû décaler le voyage car Choupinou a eu une otite la veille du départ et qu’on n’avait pas pris d’assurance annulation. Car c’est toujours mieux de lésiner sur l’assurance à 100 € quand on en dépense 50 fois plus pour le voyage… Bref. Nous voila ENFIN le cul sur le transat d’une plage digne d’une pub Tahiti Douche, la fameuse Pina Colada à la main! Une journée pour se remettre du décalage horaire, et nous voilà à arpenter le buffet aux 1000 choix succulents ( et 12 000 calories), à profiter des légumes frais spécialement cuits pour la panade -le babycook à portée de main- à ingurgiter toutes les sortes de cocktails du bar de la plage et à traîîînailler la tong .

Le deuxième jour, on lève un peu le fessier pour aller au cours de zumba, et le quatrième on surprend son mari à faire le jeu apéro et finir sur les Crazy signs en vociférant « Alléééé allé la Caravelle allééééé ». Un jour de plus et on allait carrément jumper dans la mouss party sur la plage en oubliant Choupinou .

Car le Club Med nouvelle formule, se veut chic et toujours friendly (Tradition du tutoiement toujours). Mais sans vous tirer la ficelle du maillot toutes les 5 minutes pour vous obliger à faire le Blind test disco ou autre activité. Car les GO (ndlr: Gentils Organisateurs) sont charmantissimes, mais savent rester discrets si vous avez envie (besoin) de vous prélasser les bourrelets.

Pour les enfants plus grands, les spectacles sont vraiment de qualité et le mini Club propose plein de supers activités. Mention spéciale également pour toutes les activités sportives proposées. Et je le répète : les cocktails…

C’est donc ravis, conquis, reposés et comblés (mais pas bourrés) qu’on est rentrés.

Le bonheur si on veut… et si on a le budget!

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>