In the Mood for Love (feat. Johan De Moor et Gilles Dal)

In the Mood for Love (feat. Johan De Moor et Gilles Dal)

« L’Amour, c’est compliqué », et en parler publiquement aussi.

Je n’aurais pas osé aborder le sujet si je n’avais été encouragée par la lecture de La Vie à Deux, de Johan De Moor et Gilles Dal, qui explore avec une tendre lucidité le pourquoi du comment de l’Amour, mais aussi de son après (quand ça a bien foiré, donc).

D’autant qu’en ce qui me concerne, « l’Amour et tout ce qui va avec » est LE sujet bateau par excellence, celui qui me fait lever les yeux au ciel : « Quoi, ils vont nous parler d’Amour?! La belle affaire dis (moue désabusée, voire dégoûtée).

Résultat de recherche d'images pour "GIF moue"

Et pourtant.

Tu lis, tu regardes, et chaque planche est d’une justesse désarmante : Mais oui! C’est tout à fait ça, c’est exactement ça. Comment ont-ils su?! Comme si c’était pareil pour eux, et que les différences hommes/femmes en fait, c’était du bullshit, comme si on pouvait s’en sortir en prenant conscience du fait que notre souffrance amoureuse n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des Amours déchus…

Comme s’il était possible, simplement en modifiant notre point de vue (par exemple, en abandonnant le #Pauvre chou, c’est terrible, je suis tellement triste pour toi… au profit du #Youhouuu elle t’a enfin largué … super dis! Quelle bonne nouvelle fieu!) de vivre sans tous ces « passages obligés », détaillés par les auteurs comme suit:

1/ Sidération, dépression, 2/Vaines tentatives de reconquêtes, 3/ Vexations de mauvais aloi, 4/ Généralisations foireuses, 5/ Espérances inutiles, 6/ Eternelles discussions.

Notons d’ailleurs que le parcours « post rupture » de la Greluche est sensiblement comparable à celui des anti-héros du bouquin.

Je veux parler de cette période trouble où tu te retrouves totalement à côté de la plaque, en proie à des comportements irrationnels, mais néanmoins prévisibles :

–  de la relecture en boucle des messages échangés, avec en bonus l’envoi accidentel du pouce bleu (impossible à récupérer),  à l’envoi du sms/message Facebook-WhatsApp pathétique (expédié généralement au retour de soirée, sur les coups de 3 heures du matin, et en état d’ébriété avancé) ;

10 Moments Every Ice Cream Junkie Can Totally Relate To

– en passant par la rencontre « fortuite » (enfin, ça fait quand même deux jours que tu dors dans ta bagnole en bas de chez lui…);

– aux rengaines interminables avec les copines: #C’est un pauvre type, tu es trop bien pour lui, il le sait et du coup il flippe  #Il n’a pas réglé son Œdipe #Tu l’as échappé belle…un manipulateur pervers narcissique en puissance! #En matière de mecs ma chérie, tu crains. Cette manie de toujours flasher sur le paumé de service… #Il reviendra…Ils reviennent toujours  (NDLR: mais trop tard).

– ou au come-back foireux: Il a tout fait  pour me récupérer. On sent qu’il a vachement évolué… Ah, tu l’as fait mijoter cette fois, c’est bien! Et, raconte? Il a débarqué chez toi avec une bague? Il vous a organisé un tour du monde? Ben non, il m’a envoyé un sms qui disait « Salut » et du coup, je lui ai proposé de nous revoir! …(silence consterné, mais solidaire).

– sans oublier la phase dite du « Grand N’importe Quoi », étant la mise en pratique de la théorie du « Foutu pour foutu, je fais/dis tout et son contraire, on verra bien ce que ça donne »: je pense par exemple au fait de conspuer son ex « ouais je m’en fous, je le déteste de toute façon » et d’aussitôt enchaîner par un bon vieux « je l’adooooore, c’est fou comme il me manque ».

– ni enfin la rencontre du Nouvel Amour – celui que tu aimes comme tu n’as jamais aimé (…) – et qui te fera immédiatement oublier l’ancien…

harry

Comme vous l’aurez compris, vos Greluches ont été totalement conquises par cette BD, qui est devenue leur nouveau traité officiel d’amourologie.

On ne vous oblige pas à l’acheter hein, mais on trouve qu’il serait vraiment dommage, voire idiot, de s’en priver.

Comme ça vous savez.

 

 

 

 

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>